Servette FC- BSC Young Boys : Réitérer l’exploit du 1er match ?


31 octobre 2019

Le Servette FC retrouve la route du club bernois des BSC Young Boys ce dimanche 3 novembre 2019 sur le coup des 16 heures. Après un probant premier match de championnat et un nul obtenu sur la pelouse du Wankdorf, les genevois repensaient rééditer l’exploit de la saison 2011-2012 qui avait vu le Servette FC prendre la 4ème place après une promotion obtenue face à Bellinzone. Mais à l’aube de la 13ème rencontre de Super League, c’est un bilan comptable bien différent qui attend les Grenat.

La rencontre :

Après un match nul concédé du côté de Tourbillon, Servette s’apprête à recevoir la meilleure équipe depuis deux saisons pour un match des extrêmes compte tenu de la forme des deux équipes. Si l’on avait quitté un YB encore en rodage et un SFC sûr de sa force le 21 juillet dernier, c’est une toute autre configuration qui se dresse pour cette 13e journée. Les bernois viennent de prendre la tête du championnat à la faveur d’une défaite de leurs concurrents bâlois tandis que les genevois enchaînent matchs nuls et défaites en attendant une victoire qui les fuit depuis plus deux mois. De plus, avec la victoire neuchâteloise du week-end dernier, les Grenat vont devoir regarder dans le rétroviseur et faire des points sous peine de se retrouver dans une fâcheuse posture très rapidement. Et quoi de mieux que d’en faire face aux Young Boys ? Surtout que si on se souvient que presque 8 ans jour pour jour (le 6 novembre 2011 pour être précis), Servette remportait la totalité des gains 1-0 malgré un énième complot anti-servettien (rouge illogique à Kouassi) ! Si Pizzinat pouvait effectuer la causerie d’avant match avec Geiger et motiver les troupes, on ne dirait pas non ! On espère une attaque inspirée ce dimanche malgré la suspension de Schalk pour 2 rencontres suite à ses bisous envers les sédunois. Grejohn, c’est le moment de te réveiller ! 

L’adversaire :

Les BSC Young Boys ne sont pas une équipe inconnue au bataillon. Le mythique club suisse fête ses 121 années et peut se targuer d’avoir été le premier à remporter trois fois de suite le championnat dans l’histoire du football suisse en 1909, 1910 et 1911 après un premier titre en 1903. S’en suivront sept autres jusqu’en 1986 puis ce sera une longue traversée du désert qui prendra fin en 2018 avec un 12e sacre. Qualifié ensuite pour les barrages de la Ligue des champions, YB se qualifie pour la première fois pour la phase de groupes en battant les Croates du Dinamo Zagreb (1-1 à Berne et 2-1 au retour en Croatie) et se permettra même le luxe de battre la Juventus lors de la dernière journée. Néanmoins, en 1958-1959, l'équipe de la capitale avait toutefois déjà atteint un stade avancé de ce qui s'appelait encore à l'époque la Coupe des clubs champions européens, ne s'inclinant qu'en demi-finale contre les Français du Stade de Reims. Avec ses 13 titres de champions de Suisse dont les deux dernières éditions ainsi que 6 coupes de Suisse dans la vitrine en 14 finales, le club de la fausse capitale est clairement installé comme un club référence pour le football suisse bien que ce soit plus compliqué de s’exposer à l’international. Reversé en phases de groupes de l’Europa League, après un échec face à une faible Etoile Rouge de Belgrade, ils occupent la 1ère place de leur groupe devant les Rangers, Porto et Feyenoord, qui ne sont quand même pas des comiques. Depuis le début de la saison, les Bernois n’ont concédés que 4 nuls contre Servette, Lucerne, Bâle et Thoune. Leur victoire lors du derby bernois face à Thoune (4-2) la semaine passée, combinée à la défaite Bâloise sur la pelouse du Letzigrund (2-3) a permis aux jaunes et noirs de retrouver sa place sur le trône de Super League. Avec Ngamaleu (5 passes décisives) et l’ancien attaquant du Servette FC Jean-Pierre Nsamé (11 buts), les Bernois ont la chance de compter le meilleur passeur et le meilleur buteur de la ligue dans leur effectif, c’est donc avec logique que l’équipe emmenée par Gerardo Seoane ait inscrite déjà 30 buts en 12 rencontres. Autre point positif pour les jaunes et noirs, ils se sont qualifiés en quarts de la Coupe après avoir écrasé Zürich 4-0, ou ils iront affronter Lucerne.

Le dernier match :

La dernière venue d’YB date du 18 mai 2013. Devant une maigre affluence de 4281 spectateurs, les genevois se voyaient opposés au BSC Young Boys pour un match de la peur. En effet, les joueurs de Sébastien Fournier se retrouvaient dos au mur à la 33ème journée du championnat et concédant un retard de 4points sur le LS. Sans être transcendants ni dominateurs, les hommes de Bernard Challandes se sont créé les deux plus belles occasions de la première mi-temps. Une tête de Frey mal négociée et surtout, dès les premiers instants de la rencontre, une reprise victorieuse d'Afum sur un centre de Raimondi (6e). Les Genevois, à qui l'on ne cesse de demander rigueur et discipline, se sont fait prendre comme des bleus et ont ensuite dû courir après le score. Manquant de mordant devant, Servette a mis passablement de temps avant de se montrer réellement dangereux. Omar Kossoko, entré à la 54e, aurait pu (dû) égaliser à la 59e, alors qu'il se trouvait en excellente position au cœur de la surface bernoise. Mais le renfort hivernal a complètement manqué son affaire. YB a ensuite perdu pied physiquement, et l'expulsion de Spycher à la 75e n'a bien entendu pas aidé. Dès lors, les Grenat ont poussé, ont eu leur chance mais n'ont pas su la saisir. Ils n'ont pas eu de réussite, étant à chaque fois contrés soit par un Wölfli inspiré, soit par une jambe adverse, soit par la... transversale, sur une frappe de Kossoko à la 85e.

Article écrit par Marc Schweizer