Olympique des Alpes - Servette 1-1 (1-1) : immenses regrets mais mieux qu’il y a 1 mois !


27 octobre 2019

21h ce samedi soir. Cela fait quelques minutes que M. Tschudi a sifflé la fin de ce derby qui s’est conclu sur un 1-1 qui n’arrange clairement personne sur le plan comptable. Mais c’est bel et bien Servette qui a le plus de garantis sur son niveau de jeu que cette pâle équipe sédunoise, dont les supporters malgré leur QI proche du zéro absolu ont eu l’intelligence de le reconnaître et l’ont fait savoir à la fin de la rencontre. Étaient-ils encore sous le choc de notre article d’avant-match ? Cela leur servira d’excuse au cas où.

Avec le 11 type de base qui avait débuté la saison (mise à part Iapichino et Schalk), les Grenat s’emparent du cuir et veulent aller ouvrir le score mais ils pêchent dans le dernier geste. Seul une petite déviation de Sasso sur un coup franc de Wüthrich inquiète réellement Mytriu... oh et puis on va pas s’embêter à écrire le nom du goal sioniste (oui, on a entendu ça en tribune). Venons-en aux Valaisans, qui ne vont pas être loin de faire un hold-up lorsque Grgic voit Frick dévier son coup franc du bout des doigts en corner.

Ils vont s’en mordre les doigts car 120 secondes plus tard, les genevois vont ouvrir le score sur un superbe solo de Schalk qui en profitera pour aller montrer tout son amour au Gradin Nord (quel nom ridicule vous ne trouvez pas ?). Aurait-il mieux fait de s’abstenir ? Peut-être car 4 minutes plus tard, Sion décrochait un penalty que Doumbia. Ce sera la dernière fois que l’on verra les pantins de Constantin mettre en danger l’arrière-garde servettienne.

Car en seconde mi-temps, il n’y a qu’une seule équipe sur le terrain (l’autre étant trop trouillarde) mais nos joueurs ne vont pas être au rendez-vous au niveau de la finition, n’arrivant pas à s’inscrire le but libérateur pour enfin décrocher une première victoire depuis 2 mois. Du côté de la « Grande » équipe du FC Sion ? Rien, aussi vide que leur stade où l’on annonçait guichets fermés, bizarre...

Les Notes

Frick : 6

Un seul arrêt de la rencontre à faire, cela doit faire longtemps qu’il n’a pas passé un match tranquille.

Sauthier : 6

Capitaine Sauthier s’est énormément donné dans son couloir droit mais sans toutefois être réellement percutant.

Rouiller : 7

Gros match de la part de notre valaisan qui se savait très attendu pour ce match face à son club formateur et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a répondu aux attentes. Très calme et excellent aujourd’hui.

Sasso : 4.5

Une faute très stupide qui coûte probablement les 3 points de la victoire. Fort dommage pour lui qui tenait la baraque depuis le début de saison.

Iapichino : 7

Le chaînon manquant dans cette équipe, qui empêche Geiger d’aligner Severin et ainsi de débuter la rencontre en infériorité. Sa blessure n’est plus qu’un lointain mauvais souvenir.

Ondoua : 5

Des pertes de balles, des mauvais choix. Bref, un match moyen pour notre intellectuel russo-camerounais.

Cognat : 6

Alain Geiger ne l’avait pas raté après son erreur fatale face aux brodeurs, il lui a quand même refait confiance pour ce match important. Il est apparu en meilleure forme qu’il y a 6 jours.

Tasar : 6,5

Très volontaire, il a créé ses occasion et n’a pas hésité à tenter sa chance de loin. Bémol : il aurait pu faire mieux lors de certaines actions.

Wüthrich : 6

Une activité correcte à mi-terrain et la première réelle chance de but à son actif.

Stevanovic : 5,5

Quasiment 1 mois après sa dernière apparition, il n’a pas su tirer son épingle du jeu.

Schalk : 10

Pour sa célébration, il mérite sa note et même une statue sur l’esplanade de la Praille.

Plus sérieusement il a été le meilleur sur le terrain, récompensé par un superbe but.

Imeri

15 minutes dans les jambes, et une sortie dans le temps additionnel à cause d’un tacle assasin (d’ailleurs on attend toujours le rouge).

Kyei

0/8 au shoot, 0/3 au 3 point. Dans quelle franchise NBA va-t-il signer ?

Routis

Trop peu de temps de jeu pour être jugé.