L'heure du bilan

26 décembre 2018

L’heure du bilan a sonné

Après 18 journées d’un championnat de Challenge League dont le dénouement s’annonce passionnant, le moment est venu de tirer un premier bilan.

Le constat est clair et limpide, Servette est premier. Reléguant ainsi le Lausanne-Sport à la troisième place avec sept unités de retard. Les Lausannois ont alterné le bon et le moins bon dans cette première partie de saison. En ont résulté neuf matchs nul qui ont un peu plombé l’espoir de survoler le championnat du côté de la Pontaise. Le « dauphin d’automne » n’est autre que le FC Winterthur. Les Servettiens possèdent tout de même une avance de six longueurs sur les Zürichois. Le FC Aarau, autre candidat susceptible de jouer les premiers rôles, a quant à lui déçu. On attendait un club en lutte pour une place tout en haut de classement. Mais on a vu une équipe qui a commencé par six défaites consécutives, avant de faire un deuxième tour de meilleure facture. Résultat : une sixième place.

Ce bref tour d’horizon effectué, intéressons-nous maintenant au leader de Challenge League : le Servette FC. Pour ce faire, replongeons-nous cinq mois en arrière. Servette sortait d’une saison ratée, l’équipe n’avait plus de consistance. La nomination d’Alain Geiger au poste d’entraîneur n’avait pas rassuré les supporters grenat. D’autant plus que les quatre matchs amicaux s’étaient soldés par autant de défaite. Alors à ce moment-là, et c’est un euphémisme de le dire, un certain pessimisme régnait.

L’équipe est en construction. Alain Geiger le martèle : « Laissez-moi 18 matchs pour bâtir une équipe !». Le championnat commence. Servette est un peu dans le flou en ce début de saison. Deux victoires, puis deux défaites. Suivies par une autre victoire. Arrive ensuite le derby du lac de Genève. Un match peut être anodin s’il l’on tient compte du fait que le championnat comporte trente-cinq autres matchs, mais qui va s’avérer très important.

Evidemment, on le sait sait tous, ce sont les Lausannois qui se sont imposés 1-0 ce jour-là. Mais si sur le plan comptable c’est le Lausanne-Sport qui a gagné, sur le plan mental les Servettiens en sont sortis vainqueurs. En effet, la deuxième mi-temps avait vu le « LS » se liquéfier à onze contre neuf, alors que les Grenat avaient retrouvé la grinta qui leur faisait défaut jusque-là. Un esprit d’équipe est né.

Malgré cela, le mois de septembre va être gris pour les Servettiens. D’abord sortis en Coupe par le FC Lucerne aux tirs au but, puis enchaînant trois matchs nul en championnat sur des scores répétés de 1-1 et au goût de gâchis. Mais petit à petit les automatismes se créent. Alain Geiger trouve son onze de base et peut s’appuyer sur un banc de qualité. Les résultats ne tardent pas à arriver. Sept victoires consécutives, une moyenne de 3,28 but marqués par match. C’est du beau football qui est présenté avec, comme le témoigne cette moyenne de buts très élevée, un football tourné vers l’offensive.

Le second derby lémanique accouche cette fois d’un match nul 1-1 et Servette termine bien la première moitié du championnat en écrasant, à domicile, Rapperswil.

Servette est donc bel et bien premier. Meilleure attaque, meilleure défense. Ajoutez à cela une équipe homogène avec une envie et une énergie qui font plaisir à voir. Le duel Servette-Lausanne se précise, même si pour le moment Winterthur est intercalé entre les deux. Aux Servettiens, qui ont leur destin entre leurs mains, de continuer sur cette bonne dynamique. Avec ce que l’on a vu dans cette première partie de saison, Servette, qui en a les moyens, doit remporter son duel et conserver sa première place, synonyme de promotion. Telle sera donc la tâche d’Alain Geiger et de ses joueurs dès la reprise en février prochain. Tel est assurément le vœu le plus cher des supporters servettiens pour 2019.

Rédigé par:

Frédéric Monnier

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article