Humeur 12 : Sion - SFC


29 octobre 2019

Un point de gagné pour les fils de leur mère qui est aussi leur soeur, 2 de perdus pour nos joueurs dans notre dernier duel romand de 2019. Retour sur un derby « sauce hollandaise » dont on se souviendra longtemps.

CFF vs Grenats

Bloqué plusieurs fois pour un soit-disant problème de locomotive (qui aurait été changée à Lausanne), le gros des troupes grenat n’est arrivé dans l’étable valaisanne que quelques instants après le coup d’envoi de la partie.

Match classé A en raisons de risques de bagarres, affiches en ville de Sion annonçant l’arrivée des « rats genevois à 18h » : les CFF et la Police auraient-ils élaboré ensemble ce plan machiavélique afin d’anéantir les chances que supporters des deux camps se croisent? Supporters valaisans qui étaient de toutes façons déjà présents aux abords de leur tribune aux alentours des 17h.

Nouvelle preuve (s'il en fallait encore) que les supporters sédunois, dont le QI est égal à leur nombre de titres de champions de suisse, sont également bien mal outillés en-dessous de la ceinture.

Quant aux CFF, encore un couac avec un train servettien.

Ils n’ont pas disparu

Dans son document daté de 1750 et intitulé « Voyage en Suisse », le Marquis de Maugiron écrivait : « il nait chez eux [les valaisans] en assez grande quantité, et surtout à Sion leur capitale une espèce d'hommes qu'ils apellent crétins ». Ce document serait le premier écrit comportant ce qualificatif.

Victor Hugo, en 1839, écrivait lors d’un voyage en Valais : « Les Alpes font beaucoup d'idiots.»

Wikipedia nous apprend quant à lui que « Le crétinisme endémique a été éliminé par l'utilisation de sel de table, et d'autres aliments, enrichi en iode. Le crétinisme infantile est éliminé par un dépistage systématique de l'hypothyroïdie à la naissance, au troisième jour, mis au point dans les années 1970. »

A la vue de ces différents éléments, nous pourrons donc conclure que le speaker de Tourbillon est né avant les années 1970. Annoncer le match à guichets fermés alors que toutes les tribunes excepté le secteur visiteur étaient loin d’être remplies est certainement une forme moderne du crétinisme.

De bom van Breda

Il n’est pas le plus technique, il n’est pas le plus rapide, il n’est pas le plus fort ni le plus grand… Mais il est entré dans le panthéon des attaquants servettiens grâce à son but (splendide au demeurant) et sa formidable célébration de celui-ci.

Quel supporter Grenat n'a pas rêvé inscrire un but devant la tribune des décérébrés blancs et rouges et de leur envoyer une telle preuve d’amour? 

Je me posais encore la question avant le match, mais la réponse semble maintenant évidente: si je devais floquer un maillot Grenat cette saison, ça serait SCHALK 11.

Espérons que les hautes instances du football helvétique se montrent clémentes avec notre attaquant. Et que Kyei, qui promettait un goal pour son premier ballon touché puisse, à défaut de marquer, au moins toucher un ballon.

We houden van je Alex!

Les servettiens, première force Romande en déplacement

Plus de 1’000 servettiens auront fait le déplacement en terre ennemie, chiffre simplement énorme et certainement le plus gros contingent de supporters romands à l’extérieur depuis bien longtemps. Un secteur visiteur plein à craquer, les habituels servettiens en tribune latérale et une ambiance de feu dès l’arrivée de la SG à Tourbillon.

Une nouvelle démonstration collective pour prouver à tous que les supporters Grenat sont (et de loin) les meilleurs romands en déplacement et qu’avec un stade aux proportions plus appropriées, aucune autre tribune romande ne pourrait espérer rivaliser.

Parcage de luxe

Prérequis pour travailler à la caisse visiteur du FC Sion ? Connaître sa table de 25.

Tarif unique, que vous soyez chômeur, retraité, mon fils qui fêtait samedi soir ses dix ans, étudiant ou gestionnaire de fortune chez Pictet & Cie, c’est 25.— pour tous mon bon Monsieur ! 

Scandaleux. Et même les employés du club le disent.

A vous…

Aux quelques supporters valaisans du Servette qui se sont sentis offusqués par l’usage de certains termes désobligeants pour qualifier les sédunois. :

Servette-Sion est LE match attendu par tout supporter des deux camps et le seul que nous jouons dans cette Super League avec une vraie rivalité. Rivalité qui est d’ailleurs devenue, au fil des années sans se rencontrer, des mesures prises contre la violence aux abords des stades, plus folklorique qu’autre chose. La preuve en est avec le groupe de servettiens assis en tribune latérale, drapeau grenat bien affiché. Cela aurait-il été possible il y a 20 ans ?

Il semble en effet bien loin le temps des batailles rangées entre supporters, des jets de pierres entre deux camps séparés par une ligne de policiers. La violence n’est aujourd’hui plus que verbale et permet d’entretenir cette rivalité qui fait de chaque Servette – Sion un match à nul autre pareil.

Cartons

Carton rouge à la Fondation du Stade qui a encore une fois déplacé un match de l’équipe féminine (contre YB) de la Praille à Florimont pour la deuxième fois de la saison, après le match contre Zurich déplacé lui à Balexert. En tête de leur championnat, nos filles ne méritent pas ce manque d’égard. Protéger la pelouse? L’excuse aurait été acceptable si deux (oui, deux) matchs de rugby n’avaient pas été eux maintenus et joués dimanche, soit 3 jours après le match des filles!

Carton rose aux M21 d’Ursea, qui ont enchaîné une 12è victoire en autant de rencontres et caracolent en tête du championnat de deuxième ligue inter.

Place maintenant à un mois de novembre de tous les dangers, avec les réceptions d’YB dimanche, Bâle le 23 et le déplacement à Lucerne le 9.

TOUS A LA PRAILLE DIMANCHE!

Blan Lokal