Humeur 10 : Xamax


09 octobre 2019

Les matchs se suivent et les performances se ressemblent depuis maintenant près d’un mois et demi. Productions indignes, résulats médiocres... Nous sommes clairement dans le dur et la trève internationale tombe, encore une fois, à point nommé. En espérant que le retour des blessés et l’orgueil de nos joueurs nous apportent d’autres résultats, cette fois-ci. Et pendant ce temps-là, nos M21 ont gagné leur 9è rencontre... sur 9.

Xamax – SFC

45è minute de jeu, M. Horisberger siffle la mi-temps d’un match qui, si nous ne le dominions pas de la tête et des épaules, sentait bon les trois points. Ambiance de feu dans le secteur visiteur dans un stade où nous évoluions clairement à domicile (ahhh qu’il est dur d’être supporter Neuchâtelois ou Lausannois), premiers buts d’Ondoua et de Tasar, aucune grosse occasion pour les rouge et noir… 2-0 en notre faveur à la mi-temps, mais la désagréable sensation que nous aurions pu en faire beaucoup plus et qu’avec un brin de réussite supplémentaire (Koné…) nous aurions pu atteindre la pause avec un avantage plus conséquent.

Le souvenir du scénario du match aller ainsi que nos derniers résultats ne nous poussaient donc pas à un optimisme béat avant d’attaquer la deuxième mi-temps. Et la réduction du score rapide des Neuchatelois sur l’un des buts gags de l’année aura fini de nous convaincre que ne pas perdre ce match serait surement, connaissant notre manque de caractère et d’esprit de révolte, pas un mauvais résultat… Nous ne nous étions donc pas trompé.

Nuzzolo

On connait le goût de la provocation qui caractérise Raphaël Nuzzolo, cet homme de petite vertu et qui ne manque jamais une occasion de nous le rappeler. Après sa provocation devant la Tribune Nord au match aller, sa grotesque simulation de samedi ne pouvait que plaire à M. Horisberger qui s’empressa de siffler pénalty, que ce brave Raphaël se fit un plaisir de transformer. Alors non, la majorité d’entre nous n’appécie guère Nuzzolo, qui fait partie de cette catégorie de joueurs détestés par tout supporter d’équipe adverse. Il n’empêche qu’il est tout à fait le type de joueur qui manque cruellement à notre équipe : grande gueule, leader dans l’âme et redoutable finisseur, contrairement à nos avants.

 

Arbitrage

« Aucune excuse ne sera acceptée pour justifier une nouvelle contre performance » écrivais-je la semaine passée pour clôturer mon billet d’humeur hebdomadaire. Et effectivement, je me refuserai de retenir l’arbitrage pour justifier notre match nul de samedi. Parce que non, nous n’aurions jamais dû se mettre à douter et jamais dû encaisser ce 2-2. Tout simplement car en ayant mieux joué, en ayant été plus réaliste, le score à la mi-temps aurait dû être plus sévère et les chances de Neuchâtel de revenir quasiment nulles.

«L’arbitre a été le plus mauvais acteur du match» dixit notre coach à la fin de la rencontre. Il n’aura pas eu totalement tort, même si on ne pourra pas dire que nos 11 joueurs et notre coach auront été meilleurs sur la deuxième mi-temps. M. Horisberger pouvant même faire valoir l’excuse de la première en Super League, contrairement aux servettiens…

 

Les supporters Grenat

Un secteur visiteur archi-bondé, des maillots grenat disséminés un peu partout dans le stade, une ambiance de feu durant 75 minutes… Les plus de 500 suppoters Grenat auront encore une fois été à la hauteur de la Super League, contrairement à nos homologues neuchâtelois et, c’est plus dur à écrire, à nos joueurs. Chants repris par tout le secteur, drapeaux, gros craquage de fumigènes en début de match et à la 60è minute, tout l’arsenal a été sorti pour ne pas laisser d’espoir aux quelques braves supporters neuchâtelois.

Si les 22 acteurs se seront quittés sur un match nul, nos supporters seront donc partis de la Maladière en ayant infligé aux rouge et noir un KO d'une rare violence au niveau de l’ambiance. Des supporters rouge et noir qui, même s’ils fusionnaient un jour avec les pêcheurs du Lac de Genève, ne pourraient toujours pas rivaliser.    

Place donc maintenant à une trève internationale qui devrait nous permettre de récupérer plusieurs blessés (Lang, Iapichino, Busset) et Micha après son match de suspension, de permettre à Kyei de pouvoir travailler sa forme et ses automatismes avec ses coéquipiers. Pour un premier but en Grenat face aux Brodeurs samedi 20 ? L’optimisme ne tuant pas, on va tâcher de l’être car après les verts de Suisse orientale viendra le déplacement attendu par tout Servettien qui se respecte, dans la boue, l’odeur de pisse, de bouses et d’alcool frelaté à l’eau sans iode. Avant de commencer un mois de novembre qui nous verra accueillir YB et Bâle et nous déplacer à Lucerne.

ALLEZ LES GRENAT!

Blan Lokal